Combattre la dépression réactionnelle

art-depression-disegni-draw-Favim.com-4896135

Je vais vous parler aujourd’hui d’un phénomène qui a été, en partie, responsable de la mise sur pause de ce blog. Vous l’aurez compris grâce au titre: il s’agit de la dépression réactionnelle. (On va bien se marrer !)
Il s’agit d’un état de tristesse plus ou moins intense qui survient suite à un événement pénible et qui accompagne souvent un deuil (deuil d’un être cher, deuil d’une relation, d’un travail, d’une vie passée etc..). Qu’importe son degré de gravité, une dépression réactionnelle doit toujours être prise au sérieux.
Le problème avec cette chère « amie » c’est qu’elle invite toute une bande de copains à faire la fiesta dans ta tête et dans ton quotidien. J’ai nommé: la perte d’intérêts et de plaisirs à vivre ta vie, la fatigue alors que tu ne fais (fichtrement) rien, la perte d’énergie, les difficultés à se concentrer (pratique pour les journées de boulot n’est-ce pas ?), une perte ou un gain d’appétit (tes pantalons ne te remercient pas), une insomnie ou une hypersomnie..
Si vous laissez la dépression vous envahir, elle se permettra même de faire venir sa grande pote « les idées noires » qui elle, peut devenir très TRÈS dangereuse.

depression-xalt

C’est pour ça qu’il faut prendre le problème de front, et lui dire à cette gentille copine qu’elle n’est que de passage et qu’elle ferait mieux de ne pas trop tarder à remballer ses affaires et à ficher le camp de ta vie. (Casse-toi vilaine !)

Et c’est là que, forte de mes expériences, je viens t’apporter quelques conseils pour mettre cette fripouille hors d’état de nuire. Ou du moins, lui balancer une bonne droite dans le nez. (Non non, on ne fait pas dans la dentelle ici !)

Conseil #1: Reconnais ton ennemi. Donc, la dépression réactionnelle. Admet qu’elle s’est immiscée en toi comme un parasite qui prolifère lentement dans ton organisme. Essaie de comprendre comment tu l’as attrapée. Pourquoi elle est là ? Suite à quel(s) événement(s) ?
Fais face à la bête et accepte sa présence pour mieux la connaître et ainsi, mieux l’anéantir.

Conseil #2: Écoute-toi. Tu es sans doute emprunt à des émotions très fortes. Alors au lieu d’essayer de les faire taire à grands coups de glace choco-menthe, tente de les accueillir et de les laisser s’exprimer. La colère, la tristesse, la culpabilité, le dégoût, le mépris, elles sont toutes de précieuses informations sur ce qu’il se passe dans ta tête. Et parfois, pleurer un bon coup permet de se décharger d’une grosse dose d’énergie négative qui t’empêche d’avancer.

Conseil #3: Tiens un journal. Détrompe-toi, ce n’est pas seulement destiné aux adolescentes de 15 ans en mal d’amour. Tenir un journal régulièrement te permet d’extérioriser et de mettre des mots sur ta douleur. C’est un outil de libre expression qui est 100% intime. Donc vas-y, fais pas ta timide, lâche-toi ! Utilise des mots crus, voire violents, si tu en ressens le besoin. Il faut que ça sorte. De plus, tu pourras aussi constater ton évolution au fil des jours, et ainsi, faire le point.

Conseil #4: Organise-toi au moins une activité par jour. Oui je sais, c’est difficile de quitter ce lit chaud et douillet. D’ailleurs, tu ne sais plus très bien comment marcher. La dépression t’a coupé les jambes et l’envie de vivre, par la même occasion. Mais tu ne vas pas te laisser faire. Tu vas reprendre le dessus en commençant par des petites activités qui ne t’obligent pas forcément à quitter ton chez toi. Par exemple, fais-toi un bon repas et prends le temps de le savourer (les pâtes au ketchup ça compte pas), change tes draps qui doivent être dégoulinants de tes larmes, fais toi un soin cheveux pour qu’ils perdent la forme de ton oreiller. Et puis, les jours d’après, tente la balade en extérieur ! Vas prendre le soleil, tu te souviens de la douce chaleur du soleil ? En te disant « Aujourd’hui je fais ça, et puis demain ça, et puis après-demain ça », même si ce n’est pas grand chose, ça te permet de reprendre les choses en main. Car oui, tu en es capable.

Conseil #5: Entoure-toi d’amour. En fait, fais une overdose d’amour. Je sais que tu ne veux voir personne, que tu penses être un poids pour ton entourage. Mais c’est faux. Tu es important(e) et tu as le droit d’aller mal. Les personnes qui t’aiment feraient tout pour voir poindre un petit sourire sur ton visage, alors laisse-les faire. Rapproche-toi de ta famille et de tes amis. Ne t’isole pas, non, surtout pas. S’isoler c’est laisser la dépression gagner, et ce n’est pas ce que tu veux, n’est-ce pas ?

Conseil #6: Demande et accepte de l’aide. Dans ton combat contre ce parasite, tu auras besoin de coéquipiers. Alors surtout, n’aie pas honte de recruter une armée. Parce que, à plusieurs, on est plus fort. Lance un appel autour de toi, seulement des gens de confiance qui sauront rester loyaux. Et faites front tous ensemble. Tu peux même te procurer un professionnel (ou plusieurs !). Si tu es un peu perdu dans la pluralité de professionnels à ta disposition, tu peux aller voir ton médecin traitant. Il saura t’orienter et te fera une ordonnance qui aiguillera le spécialiste. Ce dernier te sera d’un grand soutien et tu peux même le choisir si tu veux: psychiatre, psychologue, psychanalyste, psychomotricien, psychothérapeute.. Tu n’aimes pas les psy ? Pas de problèmes ! Pourquoi ne pas te tourner vers la médecine alternative ? Comme l’acupuncture, la naturopathie, l’aromathérapie, etc… Il y en a pour tous les goûts !

coquelicot-HP1

Le coquelicot donne du réconfort à celui qui souffre.

J’espère que mes petits conseils t’aideront à mettre une bonne raclée à cette vilaine dépression réactionnelle. Rappelle-toi que tu n’as pas à affronter cette épreuve tout(e) seul(e), et que, avec les bonnes armes, tu parviendras à la chasser de ton quotidien. N’oublie pas que le temps est aussi ton meilleur allié. Laisse-le faire sa part du travail et ne sois pas trop exigeant(e) envers lui.
Tu es une personne précieuse et tu mérites d’aller mieux. Tu as encore de belles choses à vivre et de belles rencontres à faire. Alors remplie ton cœur de courage et laisse toi porter par l’amour de tes proches. Tu vas t’en sortir.

 

Image 1
Image 2
Image
3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s